QU’EST-CE QU’UN PREPPER? UNE EXPLICATION COMPLÈTE

QU’EST-CE QU’UN PREPPER? UNE EXPLICATION COMPLÈTE

Divulgation: Si vous achetez via les liens figurants sur notre site, nous pouvons gagner une petite commission (sans frais supplémentaires pour vous). En savoir plus sur la façon dont nous travaillons ici.

La réponse à “Qu’est-ce qu’un Prepper?” dans sa forme la plus élémentaire est «celui qui se prépare», un Citoyen Prévoyant. Si vous lisez ici cet article, cependant, je doute que cette réponse satisfasse. Comme il ne devrait pas, car il y a tout un monde sur la préparation et la survie. C’est aussi profond que diversifié.

Par conséquent, la définition de Prepper a évolué avec le temps. Le mot Prepper a une signification différente pour différentes personnes. Donc, si vous voulez une explication ou une définition complète, vous devrez continuer à lire. Mais d’abord…

Qui suis-je pour écrire sur les Preppers ?

Je ne vais pas me qualifier d’expert en matière de préparation ou de survie. C’est en partie une réticence à me qualifier d’expert sur quoi que ce soit. Je me considère comme un Prepper, mais suis-je qualifié pour parler au nom des Preppers dans leur ensemble?

Je ne sais pas, mais j’ai quelques qualifications. Pour commencer, j’ai fondé Québec Preppers en 2017. Bien avant cela en 2007, je lisais et me formais sur différentes références. C’était avant que la préparation ne soit aussi courante qu’aujourd’hui. C’était à une époque où les gens hésitaient encore à s’identifier – même à eux-mêmes – en tant que Prepper. La plupart des gens n’avaient même pas entendu le mot avant cette époque, encore moins de l’utiliser dans la conversation. La préparation était marginale, sommaire et étrange. Si vous le faisiez, vous aviez intérêt à être très silencieux à ce sujet.

Donc, je travaille dans ce domaine depuis plus d’une décennie. Grâce à mon expérience professionnelle et depuis la création de Québec Preppers, j’ai acquis une compréhension approfondie de la préparations et de la survie. Je l’ai vu évoluer au fil du temps. J’ai vu de l’intérêt pour ce domaine.

J’ai parlé à beaucoup de Preppers, les personnes qui possèdent des entreprises au service Preppers, des journalistes, et répondu à de nombreuses questions de lecteurs, etc. Ainsi, alors que je ne me considère pas comme un expert, je vais dire que je sais une chose ou deux à propos du Prepping et des Preppers (francisé par: La préparation et les Citoyens Prévoyants).

Prepper – la définition de base

Si nous regardons la définition du dictionnaire Oxford Dictionary de Prepper , nous obtenons une réponse simpliste:

Une personne qui croit qu’une catastrophe ou une urgence catastrophique est susceptible de se produire à l’avenir et s’y prépare activement, généralement en stockant de la nourriture, des munitions et d’autres fournitures.

https://www.lexico.com/en/definition/prepper

Un regard sur Urban Dictionary nous donne quelque chose de similaire:

Une personne qui est prête ou qui s’efforce d’être préparée à un incident, à une catastrophe naturelle, etc. Une personne qui se prépare activement ou qui se prépare à des situations qui peuvent affecter la stabilité de la maison, la vie ou la situation financière. Aussi connu sous le nom de survivalistes, préparateurs apocalyptiques.

https://www.urbandictionary.com/define.php?term=Prepper

Ces définitions ne serviront cependant pas grand-chose à nos fins. Nous voulons aller profondément, profondément comme un bunker.

Se préparer à la fin des temps

On dit souvent que les gens se préparent à la fin des temps depuis la nuit des temps. Il suffit de regarder les nombreux mythes et traditions religieuses enracinés dans la fin du monde. Le plus connu est, bien entendu, le livre des révélations . Mais ce n’est que du christianisme. Le Coran parle également de signes dans les cieux de la fin du monde. L’hindouisme prédit l’incarnation finale de Vishnu. Les Assyriens auraient écrit sur les jours de la fin dès 2800 avant JC. Les Mayas en ont parlé, Nostradamus, et ainsi de suite.

Quatre Cavaliers de l’Apocalypse

La fascination pour la fin du monde et sa peur ont toujours été et le seront pour toujours. Avec les médias modernes, cette fascination s’est déplacée dans les livres et les films. Mary Shelley a écrit The Last Man en 1826, un roman futuriste sur la vie post-apocalyptique dans un monde solitaire. Le livre a été l’un des premiers livres sur l’apocalypse. Les romans de ce type ont contribué à en écrire bien d’autres et à produire de nombreux films post-apocalyptiques.

Cependant, il n’est pas nécessaire de commencer aussi loin dans le temps de l’humanité. Commençons quelque part il y a environ… cinquante ans.

Retour au mouvement foncier des années 1970

Le mouvement proviens à la base des États Unis alors voyons un peu plus en détail dans ce pays. Les années 1970 ont été une période de croissance significative pour ce qui serait considéré comme une préparation selon les normes actuelles. Fraîchement sorti des troubles civils des années 60, de la guerre du Vietnam, et face aux nouvelles menaces perçues provoquées par l’embargo pétrolier et les craintes d’une catastrophe environnementale, beaucoup ont poursuivi un mouvement de «retour à la terre», ce qui équivaut au «off the grid» (hors réseau) axée sur la simplicité et l’autonomie. Divers livres et magazines ont emboîté le pas:

  • Mother Earth News a été lancé (1970)
  • Le très populaire Foxfire Books a commencé (1972)
  • Comment se préparer au crash à venir de Robert Preston (1972)
  • Tirer le meilleur parti des bases (1974)
  • La vie autosuffisante et comment la vivre (1976)
  • et plein d’autres.

Tout cela s’ajoutait, bien entendu, à la menace imminente d’une guerre nucléaire totale avec l’Union soviétique.

Pères fondateurs du survivalisme

Afin de comprendre le Prepper d’aujourd’hui, nous devons d’abord prendre du recul pour avoir une idée de qui a aidé à lancer le mouvement survivaliste. Voici quelques-unes des personnes clés.

Don Stephens (… – 2018)

L’une des premières phrases utilisées pour décrire un préparateur pourrait être le “Retreater” qu’on pourrait traduire en Français comme “le fuyant”Don Stephens , dans son livre de 1968 intitulé Retreater’s Bibliography, a utilisé cette expression pour décrire les personnes qui se préparaient à ce que nous appelons aujourd’hui l’évacuation. Ces personnes se préparaient à un effondrement du système monétaire qui conduirait par conséquent à un effondrement sociétal. Le livre de Stephens était une sorte de guide pour aider ces personnes à se préparer, offrant des conseils sur la façon de vivre loin des autres, l’utilisation de l’énergie solaire, l’utilisation de techniques de construction naturelles et des conseils sur l’autonomie générale et la vie hors réseau.

Stephens continuerait à écrire d’autres livres, notamment Personal Protection, Here and Now, Retreating on a Shoe-string et The Complete Survival Guide.

Howard Ruff (1930 à 2016)

Howard Ruff est également considéré comme l’un des principaux fondateurs du survivalisme. Il était un conseiller financier qui pensait que les États-Unis se dirigeaient vers une autre grande dépression après la crise pétrolière de 1973, et il a conseillé aux investisseurs de mettre leur argent dans l’or, l’argent et d’autres actifs durables. Il était également écrivain, écrivant Famine and Survival in America (1974), How to Prosper during the Coming Bad Years (1978), Survive and Win in the Inflationary Eighties (1981) et des titres similaires.

Mel Tappan (1933 – 1980)

Mel Tappan a commencé son incursion dans le survivalisme comme beaucoup de gens le font – par un intérêt pour les armes à feu. De là, il a pris contact avec Don Stephens et a commencé à présenter des conférences avec lui. Il a écrit une chronique mensuelle pour le magazine Guns and Ammo intitulée Survival Notes . Son livre de 1977, Survival Guns a solidifié sa présence dans le domaine de la survie et l’a établi comme un expert de premier plan sur tout ce qui concerne la survie.

Citation souvent citée de Mel Tappan:

Le concept le plus fondamental pour la préparation aux catastrophes à long terme, en se retirant, est d’avoir un endroit sûr où aller pour éviter la violence concentrée destinée à éclater dans les villes. Lorsque vous êtes de plus en plus conscient que le temps presse pour vous éloigner des zones de plus grand danger, choisissez [où vous vivrez] avec soin.
Mel Tappan

Sa citation incarne l’approche «d’évacuation» que de nombreux préparateurs adoptent dans le cadre de leurs plans de préparation personnels.

Ragnar Benson

Personne ne sait exactement qui est Ragnar Benson si ce n’est le nom de plume d’un écrivain prolifique de survie. Ses livres étaient des best-sellers pour quiconque s’intéresse à la préparation personnelle. C’était un personnage controversé, car de nombreux livres repoussaient les limites de la légalité. Il a écrit sur les retraites de survie, le braconnage d’animaux, la création de fausse identification, les armes à feu, les explosifs, les armes improvisées – vous voyez l’idée. Son inventaire total de titres est supérieur à cinquante livres différents écrits sous son nom.

Kurt Saxon (1932 -…)

Kurt Saxon est en fait la personne qui prétend avoir inventé le terme survivaliste pour désigner les personnes qui se préparent à l’effondrement de la société. Il a commencé à publier un bulletin mensuel intitulé The Survivor dans les années 70. Le bulletin contenait des réimpressions d’écrits du 19e siècle et du début du 20e siècle sur la vie des pionniers, les compétences et les premières technologies qui pourraient être utilisés sans dépendances de la vie moderne.

Dans l’essai de Saxon de 1980 intitulé Qu’est-ce qu’un survivaliste? il a écrit:

Consterné par la vie moderne, Saxon a qualifié la société contemporaine de «Disneyland pour les nuls».

Retreater contre Survivalist

Retreater et survivaliste ont été utilisés de manière interchangeable pendant longtemps aux États-Unis, mais les deux termes ont finalement pris des significations différentes. Retreater a commencé à signifier quelqu’un qui faisait exactement cela – se retirer du danger, donc fuyant le danger. Pour beaucoup, cela était perçu comme une faiblesse ou une lâcheté. Le Survivaliste, d’un autre côté, avait une connotation plus forte, décrivant celui qui était prêt à prendre des mesures agressives.

Saxon a tracé une ligne distincte entre les deux termes dans sa pièce de 1980 Qu’est-ce qu’un survivaliste? déclarant:

Mon terme a pris de l’ampleur et maintenant ceux qui sont offensés par le «Retreater» sont tout à fait satisfaits de se nommer ou se faire appeler Survivalistes et d’évacuer. Il s’est avéré être un mot que tout le monde peut accepter comme étiquette s’il le souhaite.

Ma définition d’un survivaliste est une personne autonome qui fait plus confiance à lui-même et à ses capacités qu’au gouvernement. Dans la mesure où le gouvernement ne peut aider tout le monde, le survivaliste se prépare à évacuer, à vivre hors réseau.

Le mot “Retreater” a commencé à perdre de la vitesse et est finalement tombé complètement hors du lexique Prepper, laissant la place au survivaliste pour devenir le mot de choix pour une grande partie des années 80 et 90.

Survivaliste contre Prepper

Au fil du temps, alors que le mot “Retreater” passait au survivaliste, le survivaliste semblait passer davantage au Prepper. Il n’y a pas de moment distinct dans le temps où cela s’est produit. D’ailleurs, beaucoup utilisent encore les termes de manière interchangeable. Pourtant, de mon point de vue, le survivaliste en est venu à signifier davantage un préparateur voulant acquérir des connaissances et compétences en relation plus large avec la terre, la nature. Le Prepper a un son plus… convivial et est maintenant utilisé plus largement. Il fallait pourtant y trouver un terme francisé. C’est ainsi qu’est apparu dans mes texte le mot composé de Citoyen Prévoyant.

Là où le Citoyen Prévoyant pourrait être considéré comme plus courant, le survivaliste semble maintenant être utilisé pour décrire les éléments marginaux de la société, des extrémistes qui se méfient exceptionnellement du gouvernement (pensez à Ted Kaczynski ). Il y a une exception à cette observation – le survivaliste en milieu sauvage.

Évolution du Prepper moderne

Voici mes observations sur l’évolution de Prepper (le Citoyen Prévoyant), à la fois en tant que terme et en tant que mouvement. J’ai été témoin de divers événements importants qui ont façonné le Prepper d’aujourd’hui. Commençons le grand événement de mon enfance…

La guerre froide

J’ai grandi dans les années 80, une période de vêtements fluo, de bandeaux pour les cheveux et la fin de la guerre froide. Ce n’était pas tout à fait la période de la crise des missiles de Cuba, mais je peux encore me souvenir de la peur de la guerre nucléaire, du supposé hiver nucléaire qui allait suivre, et d’imaginer ce que serait la vie après une apocalypse nucléaire.

Aux États-Unis encore, la menace était réelle, si réel que le gouvernement ait appelé les gens à construire des pièces dans leurs sous-sols pour se protéger des radiations, identifiant les abris anti-retombées, et distribuer des dessins pour les bunkers d’arrière-cour. La FEMA elle-même a été créée en 1979 par le président Jimmy Carter via le décret 12148 . En plus de la guerre nucléaire intentionnelle. En Europe et plus particulièrement en France, nous avons également été témoins des retombées de l’accident de Tchernobyl en 1986 .

An 2000

À la fin des années 1990, une nouvelle peur est apparue: l’an 2000. Ceci était connu sous le nom de «Millennium Bug», un problème informatique qui amènerait les ordinateurs, le 1er janvier 2000 à minuit, à penser automatiquement que c’est le 1er janvier 1900. On craignait que ce «bug» ne fasse des ravages partout dans les pays développés. Les usines d’énergie fermeraient, les industries bancaires se détraqueraient, etc. Rien ne s’est passé, bien sûr. C’était peut-être les nombreux efforts pour résoudre les problèmes à l’avance, peut-être que c’était beaucoup de bruit pour rien.

Le 11 septembre 2001

Après l’an 2000, beaucoup ont rit de nous. Tant de préparation sur un non-événement. Cela a amené de nouvelles personnes à revoir leur préparation, à savoir ce qu’elles allaient faire de leurs stocks. oui, mais allaient-elles continuer après avoir acheté un tas d’aliments lyophilisés pour rien? Bien sûr, ces aliments sont encore bons à ce jour, mais l’idée de se préparer est redevenue risible.

Puis, en Amérique de nouveau, il y a eu le 11 septembre 2001 qui a ébranlé le monde entier, des terroristes islamiques ont détourné des avions et… eh bien, nous connaissons le reste de l’histoire. Ce qui s’est passé pour la préparation, cependant, c’est que les Américains se sont soudainement sentis vulnérables. Attaques terroristes contre des navires outre-mer, c’est une chose, mais ici, sur leur propre sol !? Alors que leur nation se préparait à la guerre, les gens ont commencé à se demander ce qui pourrait arriver d’autre. La préparation, tout d’un coup, ne semblait pas si ridicule.

La grande récession

Les prédictions d’un effondrement économique majeur sont sur la table depuis la Grande Dépression. De 2007 à juin 2009, les Amérique mais aussi toute l’Europe a été confrontée à la prochaine chose la plus proche – la Grande Récession. Le passage à la préparation à l’époque était palpable. Les gens avertissant les autres de l’effondrement économique ont eu leur moment. Ils avaient raison et les gens se demandaient: «À quel point cela peut-il être grave?» La sécurité financière, la capacité de cultiver votre propre nourriture, ces bases sont revenues au centre de l’attention pour beaucoup et ont redonné vie au mouvement des Preppers.

COVID-19

Juste au moment où l’intérêt pour la préparation commençait à subir sa phase de déclin périodique, le coronavirus COVID-19 est sorti de Wuhan, Hubei, Chine et a mis le monde à genoux. Les Preppers, pour leur part, n’ont pas été surpris. Les épidémiologistes ont depuis longtemps averti qu’une pandémie n’était qu’une question de temps. De nombreux préparateurs ont inclus la préparation à une pandémie comme l’une des nombreuses raisons pour justifier la préparation personnelle.

La pandémie de coronavirus COVID-19 a transformé de nombreuses personnes en Citoyens Prévoyants.

Personne ne savait à quel point la pandémie allait devenir grave. Comme de nombreux préparateurs l’avaient prévu, il y avait une ruée sur les épiceries. Le papier hygiénique, le désinfectant pour les mains, les pâtes, la farine et de nombreux autres produits de base se sont envolés des étagères et sont devenus difficiles à acheter. Les compagnies aériennes se sont arrêtées. Les frontières étaient fermées. Des ordres de confinement à la maison ont été mis en place. Personne ne savait à quoi s’attendre. Tout le monde aurait aimé se préparer à l’avance.

Prepper, une connotation négative

Aux États-Unis, c’est en décembre 2012, que le mot Prepper est entré complètement dans la presse après la fusillade de masse à l’école élémentaire Sandy Hook. La mère du tireur a été décrite comme une «Prepper» préoccupée par l’effondrement économique. Les tensions autour de la fusillade – et les mesures potentielles de contrôle des armes à feu qui pourraient en découler – étaient élevées. Les Preppers étaient au centre des préoccupations en tant qu’extrémistes marginaux.

Foreign Policy a signalé à l’époque que…

Bien qu’il n’y ait pas beaucoup de recherches solides à mener, des observations anecdotiques donnent certainement l’impression qu’il y a une incidence plus élevée de maladie mentale chez les Preppers/Survivalistes hardcore que dans la population en général, et la nature de leurs croyances et de leurs réseaux sociaux peut créer des obstacles au diagnostic et au traitement.

Cette croyance à la «maladie mentale» a été soulignée pour beaucoup par l’émission très populaire Doomsday Preppers de National Geographic Channel. Cette émission de téléréalité Américaine suivait des gens se préparant à tout, de l’effondrement économique à une impulsion électromagnétique. À des fins d’audience, l’émission a accentué les côtés marginaux, risibles et extrémistes de ceux présentés dans l’émission. Pour toute personne sensée assise à la maison à regarder, les Preppers ressemblaient en effet à un terme décrivant un tas de fous avec des peurs irrationnelles et déconnectés de la réalité.

Pendant ce temps, outre-mer et plus récemment, les néo-nazis allemands faisaient l’objet d’un examen minutieux, et la façon dont ils se préparaient à la catastrophe semblait avoir un fil conducteur avec les Preppers. Ces néo-nazis étaient maintenant décrits comme cela – les Preppers et des Survivalistes:

  • L’Allemagne surveillera la “ scène préparatoire ” de l’apocalypse d’extrême droite
  • Un groupe allemand avec des liens d’extrême droite “ Prepper ” entraîne des civils au combat

Les médias, depuis les débuts du survivalisme dans les années 1970 jusqu’à aujourd’hui, ont longtemps dépeint les Preppers sous un jour médiocre. Pour cette raison, un groupe déjà sceptique à l’égard des médias grand public est devenu encore plus méfiant. Parlant d’expérience personnelle avec divers journalistes, même les journalistes semblent maintenant comprendre cela, que – collectivement – leur réputation parmi les Preppers et Survivalistes est mauvaise, et à juste titre.

Québec Preppers travaille fort depuis 2007 avec certains journalistes du Québec pour “redorer” le terme de Survivaliste mais aussi afin d’intégrer le terme de Prepper ou Citoyen Prévoyant dans le langage courant avec bien sur une connotation beaucoup plus positive que nos voisins aux USA.

Différents types de Preppers

Les différents événements au fil des ans qui ont amené de nouvelles personnes à se préparer ont abouti à des groupes disparates de Citoyens Prévoyants. Bien qu’ils puissent tous avoir le même objectif final – la préparation personnelle – ce qui les amène à se préparer, les raisons pour lesquelles ils se préparent, c’est souvent ce qui les distingue; et, à cause des connotations négatives, certains veulent être affiliés à un certain sous-ensemble, donc on sait qu’ils ne sont pas ce type de Prepper.

Alternativement, les gens pourraient être amenés à se préparer pour les mêmes raisons, mais concentrer leur préparation sur des domaines spécifiques. Cela peut être dû à leurs besoins spécifiques (Prepper en milieu urbain, par exemple) ou à des intérêts personnels (Preppers tactiques, par exemple). Quoi qu’il en soit, ce qui suit est un échantillon de différents types de Preppers.

Bushcrafters / Survivalistes

Vous pouvez noter l’inclusion / la réémergence du survivaliste ici. C’est pour une bonne raison, car – du moins d’après mes observations – la définition d’un survivaliste est en train de changer. Le terme est utilisé comme je décrirais les artisans de brousse, ou si j’étais au mot survivaliste, préfacé par survivaliste en milieu sauvage. Ne stockant pas nécessairement des armes et des munitions, ou ayant une cache de papier toilette, ces Preppers sont plus intéressés à savoir comment survivre dans la nature.

Ils misent d’avantage sur les compétences. Leur objectif principal est d’apprendre à vivre – à survivre – dans la nature, avec peu ou rien. Par conséquent, il n’y a pas grand-chose ou rien à acheter à part un couteau et une hache décentes. Plutôt que d’acheter un briquet de survie haut de gamme, ils veulent savoir comment allumer le feu de différentes manières. Plutôt que d’acheter une cabane servant comme lieu d’évacuation, ils veulent savoir comment faire un abri de survie à partir de broussailles et de débris forestiers.

Homesteaders

Le Homesteaders ici est utilisé pour décrire les gens qui exploitent leur maison comme une petite ferme personnelle. Cela peut ne pas inclure de vivre hors du réseau, mais il est certain que cela inclut des efforts vers l’autosuffisance. Ils entretiennent des jardins personnels, les tas de compost, ils font de la mise en conserve à la maison pour conserver les aliments et ils connaissent l’élevage, ne serait-ce que pour les poulets. Ils reconnaissent l’importance de l’eau et recherchent des propriétés proches de l’eau naturelle ou construisent des systèmes élaborés de collecte des eaux de pluie. Ces Citoyens Prévoyants sont axés sur le renforcement des compétences vers l’autonomie, l’apprentissage de la menuiserie, par exemple.

Preppers tactiques

Ce groupe – d’après mes observations – représente peut-être le plus grand groupe de préparateurs. Par conséquent, ils sont probablement aussi le groupe que beaucoup de gens stéréotypent comme le Prepper typique. Comme son nom l’indique, leur intérêt réside dans tout ce qui est tactique – ou, lorsqu’on se moque un peu en utilisant le mot – tacticool.

Je dirai que ces Preppers en viennent à la préparation comme une extension naturelle de leur intérêt pour les armes à feu et la défense personnelle. Ils aiment aller au stand de tir, acheter la dernière arme à feu haut de gamme et les accessoires associés, rechercher quelle lampe de poche leur donnera le plus grand rapport lumen / batterie, etc. Ce que je décrirais comme une préparation pratique est secondaire à ce groupe. Les armes à feu viennent en premier, la nourriture et l’eau en second.

Doomsday Preppers

La préparation Doomsday, comme son nom l’indique, est l’extrémité la plus extrême du spectre des préparateurs. Qu’il s’agisse de théories du complot qui conduisent leurs actions, d’une croyance en un événement imminent de fin du monde ou de quelque chose d’autre, ils ne se préparent pas à vivre, ils vivent pour se préparer. Ce groupe est mieux décrit comme une combinaison de tous les types de préparateurs, agrandie vingt fois.

Les tempêtes solaires extrêmes ne sont qu’un des scénarios apocalyptiques auxquels les préparateurs se préparent.

Indépendamment de leur (s) scénario (s) apocalyptique particulier, ils vivent et respirent jour après jour. Ils stockent des munitions, construisent des bunkers, apprennent le Bushcraft, stockent des années et des années de nourriture et se préparent généralement à se désengager de la société moderne à tout moment. Ils consacrent leur vie – et leur portefeuille – à tout préparer.

Combien y a-t-il de Preppers?

Il est difficile de mesurer le nombre de Preppers qui existent aujourd’hui pour plusieurs raisons:

  1. Comment définissez-vous le mot Prepper ? Beaucoup de gens qui prennent des mesures de type Prepper ne s’identifient pas comme Prepper.
  2. Les Preppers sont connus pour être silencieux au sujet de leurs préparations. Pour les Preppers, cela va de soi, si tout le monde sait que vous êtes un Prepper, lorsque le grand événement se produit, ils viennent tous chez vous.

Pourtant, sur la base du marché qui a été construit pour fournir aux Preppers tout, des aliments lyophilisés aux barils de stockage d’eau en passant par les sacs d’évacuation et tout ce qui se trouve entre les deux, il est prudent de dire que le nombre de personnes qui prennent des mesures pour préparer est rien de moins que gigantesque.

Alors, qu’est-ce qu’un Prepper?

Comme vous pouvez le voir, il n’y a pas de définition unique pour tous les scénarios et toutes les personnes. Mais il devrait suffire de dire que si vous suivez ici ce site, si vous vous abonnez à nos courriels, si vous suivez des sites similaires, et – c’est la clé – vous prenez des mesures pour vous préparer à de futures incertitudes, vous êtes un Prepper… Un Citoyen Prévoyant !

Quelle est VOTRE définition de Prepper ? Faites-le moi savoir dans la section commentaires ci-dessous.

N’hésitez pas à en parler sur le forum: www.quebecpreppers.com/community

Vous aimez nos articles?

Découvrez nos Ebooks dans notre boutique en ligne.
Ils regorgent d’informations sur la préparation, l’autonomie, la résilience, la survie.
Téléchargement instantané – Vous pouvez même les imprimer pour une utilisation en cas de bris du réseau.

Avertissement: Ce site Web et le matériel couvert sont à titre informatif seulement. Nous ne prenons aucune responsabilité pour ce que vous faites avec cette connaissance. En prenant et / ou en utilisant des ressources d’information de ce site Web, vous acceptez d’utiliser ces informations de manière sûre et légale, en conformité avec toutes les lois applicables, règles de sécurité et bon sens commun. Clause de non-responsabilité complète ici.

QU’EST-CE QU’UN PREPPER? UNE EXPLICATION COMPLÈTE

Download PDF
Québec Preppers

Professionnel de l'urgence le jour, mais un Preppers, un Citoyen Prévoyant 24/7. Ancien des forces armées parachutistes qui est intervenu sur plusieurs théâtres d'opération dans les années 2000. Puis je suis devenu Paramédic pendant 10 ans. Dans mon temps libre j'affronte les éléments dans des situations de survie afin de vous proposer sur ce site des articles et de l'équipement de qualité. N'hésitez pas à me contacter pour vos questions personnelles.

Ajoutez vos commentaires! Impliquez-vous dans les discussions.

Leave a reply

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Téléchargez votre CLASSEUR D'URGENCE !

Gardez vos informations vitales, organisées et prêtes!
PLUS D'INFO ICI
lien vers notre boutique en ligne.
close-link
Click Me
Québec Preppers
Logo
Reset Password